La Magie du beau - Vous partez pour un voyage initiatique, au coeur d’un son. L’envoûtement est total. Quand Chostakovitch s’interprète avec une telle précision, c’est une quintessence de la beauté. Cela donne une technique complètement dominée et le son soyeux d’un quatuor que l’on reconnait à l’oreille, dès les premières mesures.

Le brillant Quatuor Ludwig est de plain-pied avec la musique de son temps.

Il sait d’instinct et par culture, retrouver les racines du chef-d’oeuvre de Dutilleux.

Le Quatuor Ludwig a terminé son récital avec une scintillante interprétation du quatuor de Ravel. Beaucoup de quatuors pensent que la vitesse, l’exactitude et l’intonation aussi acérées qu’un rasoir sont suffisantes. Je suis ravi de le dire, les Ludwig n’en font pas partie. Ils ont toutes les qualités mentionnées, mais au-delà et ils apportent une douceur de ton bien trop rare de nos jours.

Le Quatuor Ludwig compte sans conteste parmi les meilleurs ensembles du moment. Dans la Suite Lyrique de Berg, ils nous démontrent de façon éclatante toute l’intelligence qu’ils ont de cette musique.

“Cocoriconnivence”

Dans cette interprétation, on perçoit des moments de pure connivence et de grande complicité. Comme si les interprètes oubliaient leur ego, s’écoutaient les uns les autres pour regarder dans la même direction.

© 2015 Quatuor Ludwig

crédit photos : Etienne Charbonnier